Accident de moto

Mouton à moto sans casqueJ’ai un copain, il est motard. Il passe sa vie dans son garage à bricoler sa « bécane » comme il l’appelle. Il monte, démonte, change les pièces, il est graisseux et couvert d’huile de vidange. Il peut refaire le truc cent fois de suite jusqu’à ce qu’il soit satisfait du montage. Pour moi, c’est toujours la même moto.

Ensuite, il se donne du mal pour nettoyer tout ce qu’il a sali pour que sa moto reluise comme une montre volée sur un étal d’horloger. Je ne vois pas trop l’intérêt franchement, mais c’est son choix de vie. Je juge pas. Il appelle ça une « passion » et on ne peut vraiment dire qu’il soit plus fou qu’un autre, vu ce qui se promène dans les rues de nos jours.

Un jour, on est partis en balade. Il m’avait prêté une combinaison en cuir (j’avais l’impression d’être un membre de YMCA) et on a roulé un peu le long de nationales perdues. J’avoue que ça m’a inquiété un peu cette histoire de balade à moto, et le fait que je doive lui tenir la taille n’était pas là non plus pour me rassurer.

Comme il était fatigué et que je ne conduis pas normalement de moto, on s’est arrêté pour faire une petite pause. C’est là que les choses ont commencé à mal tourner.

Mon copain s’est donc assis sur un tronc d’arbre, dos à la pente de la magnifique praire où on s’était garés.  On a bu quelques bières, histoire de. Pour rigoler à un moment, je lui ai envoyé ma canette vide à la figure et lui, en voulant la rattraper, a glissé en arrière. Il a déboulé toute la prairie en roulant comme une boule de bowling. Au final, il s’est cassé la jambe.

– Va chercher de l’aide, qu’il me dit
– Je sais pas conduire, je lui réponds
– Débrouille-toi.

Je n’avais pas vraiment le choix, j’ai enfourché sa « bécane », j’ai mis son casque de moto et j’ai essayé de démarrer. Du premier coup. J’ai réussi comme ça à faire un demi-kilomètre, même pas, avant d’arriver à l’entrée d’un village sur un troupeau de moutons qui traversait la route. J’ai paniqué et voulu freiner en urgence et ça a donné une glissade majestueuse. Je suis arrivé au milieu des moutons, tandis que la moto continuait sa route en fauchant le plus d’animaux possibles (elle voulait battre un record, je pense). Le score était de 7 moutons et un chien quand le berger furieux m’est tombé dessus.

Il m’insultait dans un espèce de patois incompréhensible et s’est mis à me frapper sur la tête avec son bâton (heureusement, j’avais toujours le casque). J’étais au sol et essayait d’esquiver comme je pouvais mais il frappait fort le bougre et je commençais à voir des étoiles.

Pendant ce temps, le troupeau sans surveillance et effrayé est parti dans tous les sens et certains sont rentrés dans le bar local. D’autres ont commencé à vouloir s’enfuir sur la nationale.

Ceux du bar ont été expulsés manu militari par les alcooliques locaux qui n’apprécient guère ces nouveaux consommateurs. Un des types s’est mis à monter sur un mouton pour faire le pitre, bientôt imité par ses copains.

Ceux partis sur la nationale ont arrêté les voitures (enfin les voitures se sont arrêtés en les voyant – sauf une, ce qui a porté le score à 9 moutons). Le berger voyant ça m’a laissé à mes constellations et est parti avec l’intention manifeste d’aller agresser le conducteur de la voiture qui n’avait pas freiné à temps. Celui-ci est sorti de son véhicule et ils ont commencé à se parler avec les poings, quelque chose de bien.

Dans le village, la bouchère qui devait être en mal de viande fraîche, s’est ruée sur un mouton et l’a égorgé en pleine rue. Ça a giclé partout. Une mère qui passait avec une poussette a reçu un bon litre de sang dans la figure. Son bébé a changé de couleur de peau. En voulant s’essuyer, elle a lâché son landau qui a commencé à dévaler la rue (en pente elle aussi, c’était la mode dans cette région). Mais elle ne le voyait pas car elle avait son chiffon (et du sang) devant les yeux

La poussette est arrivée sur la route. En voulant l’éviter, un énorme 4×4 a fait une embardée et a roulé sur la moto qui avait continué sa glissade. La moto a rendu l’âme, 3 autres moutons l’ont rejointe alors que le 4×4 essayait de récupérer une direction honorable.

Les alcooliques ont commencé une course à dos de mouton. C’est là que les gendarmes sont arrivés.
J’ai fait semblant de parler Allemand. C’est ce que j’avais trouvé de mieux pour ne pas avoir à expliquer que je n’avais pas le permis moto et que j’avais pas contre, accessoirement, 3 bières dans le sang. Je ne sais pas ce qu’un des gendarmes a compris de mon Allemand approximatif, peut-être que les moutons avait la rage, mais il a sorti son arme de service et s’est mis à les abattre consciencieusement. Il a porté le score à 14 avant que le berger l’emplâtre avec son bâton.

A ce moment là, mon pote est arrivé, couvert de boue, avançant avec une démarche de loup-garou, mi boîtant, mi-rampant, en hurlant à mort à cause de la douleur à sa jambe et en criant « ma motooooo, ma motooo » entre deux hurlements de douleur. C’était l’apocalypse.

Et pour finir, j’ai de la viande de mouton à revendre si ça intéresse quelqu’un. Par contre, pour les casques de moto, il faudra filer voir des pros à la centrale du casque : www.centrale-du-casque.com

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 4.6/5 (5 votes cast)
Accident de moto, 4.6 out of 5 based on 5 ratings
Posts relatifs

1 Commentaires.

  1. Comment se faire avoir… Je suis tombé chez vous par hasard, je lis l’article, un peu étonné par l’histoire je regarde le titre du blog, et je comprends ^^ En tout cas, bien écrit !

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)